Skip to content

INTER-AGIT + : Interactions entre Agriculteurs pour Gérer les Intercultures à l’échelle Territoriale pour des activités agricoles plus durables

- Article actualisé le

Accompagner les éleveurs, les céréaliers et les structures d’accompagnement pour permettre le développement du pâturage des intercultures au sein des territoires et favoriser une nouvelle forme de polyculture élevage durable.

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
  • icone de la filiere Grandes Cultures
    Grandes Cultures
vignette - INTER-AGIT + : Interactions entre Agriculteurs pour Gérer les Intercultures à l’échelle Territoriale pour des activités agricoles plus durables
# adventice# agriculture biologique# agro-écologie# biodiversité# élevage# fourrage# ovins# pâturage

Inter-AGIT+ complétera les connaissances sur les impacts agronomiques et zootechniques du pâturage des intercultures par ovins et bovins et lèvera les freins techniques, sociaux, économiques et juridiques qui limitent le développement de cette pratique.

Plus d’infos ici : https://idele.fr/interagit/

 

Objectifs

- Expertiser les intérêts du pâturage des intercultures sur la multi-performance des systèmes d’exploitation, notamment via des essais en lycées agricoles et des suivis de parcelles d’agriculteurs,
- Proposer des systèmes équitables, robustes et sécurisés intégrant des intercultures valorisables par la pâture,
- Élaborer des outils et méthodes participatives d’accompagnement de l’ensemble des acteurs favorisant les partenariats éleveur/céréalier au sein des territoires.

Résultats

Plus d’infos ici : https://idele.fr/interagit/

BREBIS_LINK – Dynamiser les territoires en créant du lien autour du pâturage ovin

- Article actualisé le

Ce projet repose sur l’étude des pratiques existantes, l’acquisition de références et l’élaboration d’outils d’aide au développement du pâturage sur cette mosaïque de cultures et de paysages qu’offre le grand Sud-Ouest.

  • icone de la filiere Arboriculture
    Arboriculture
  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
  • icone de la filiere Forêt
    Forêt
  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
# agro-écologie# agroforesterie# biodiversité# élevage# forêt# fourrage# ovins# pâturage# paysage# verger# vigne

Le pâturage dit « additionnel » consiste en la valorisation par les brebis de la ressource fourragère
présente dans les vergers, vignes, couverts hivernaux, céréales, parcours boisés… toutes ces surfaces
cultivées ou en déprise qui offrent une ressource alimentaire supplémentaire aux brebis. Cette pratique
constitue une solution possible au développement de nouveaux troupeaux ovins et conforte les surfaces
en pâturage des élevages existants. Elle représente aussi une alternative à l’emploi de produits phyto-
pharmaceutiques, participant ainsi à la préservation de la qualité des sols et de l’eau. Enfin, ce mode
de fonctionnement peut être considéré comme une opportunité pour lutter contre la fermeture des
paysages et contribue à dynamiser les territoires par la création de liens entre ses différents acteurs et
usagers.

3 AXES DE TRAVAIL
Repérer et analyser les pratiques locales sur des territoires du grand Sud-Ouest et identifier les facteurs favorables, les freins et les leviers potentiels.
Tester ces pratiques afin de favoriser leur appropriation sur les territoires du projet. Il s’agit de mettre en place des dispositifs expérimentaux et de démonstrations, montrant aux éleveurs et cultivateurs comment les freins existants tels que les dommages potentiels sur les cultures ou la contrainte travail peuvent être levés. Il s’agit également de produire des références techniques permettant de rationaliser ces pratiques.
Promouvoir le pâturage additionnel grâce à l’élaboration et la diffusion d’outils d’appui technique sur tous les territoires où ces pratiques trouvent leur intérêt. Cela passe par la formalisation de cadres juridiques et l’élaboration d’une méthode de mise en relation éleveurs-producteurs-collectivités.

Objectifs

Des outils d’appui technique
• Un guide technique sur le pâturage des milieux étudiés
• Un recueil de recommandations pratiques sur le travail
• Des articles et journées techniques

Des outils de sensibilisation
• Des vidéos de sensibilisation sur l’intérêt du pâturage additionnel
• L’élaboration des modules pédagogiques à destination de l’enseignement

Des outils d'encadrement de la pratique
• Un guide de partenariat entre éleveurs et cultivateurs avec un modèle de convention
• Une méthode de mise en relation des acteurs locaux pour favoriser l’installation ovine et le développement du pâturage

Résultats

OtoP 3D

- Article actualisé le

Auto-pesée et imagerie 3D, deux outils de phénotypage à haut débit et d’aide à la décision en élevage ovin

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
vignette - OtoP 3D
# élevage# numérique# ovins# pâturage# performance

OtoP-3D ambitionne de valoriser l’identification électronique grâce à pour fournir aux éleveurs de nouveaux indicateurs de pilotage de leurs troupeaux afin d’améliorer leurs performances à l’aide d’outils simples d’utilisation, automatiques et adaptés aux contraintes technico-économiques des élevages ovins (troupeaux de grands effectifs, solutions peu coûteuses, …). Deux technologies sont en cours de développement dans le cadre de ce projet :

  • L’auto-pesée pour un suivi continu du poids des animaux

  • L’imagerie 3D pour une estimation de la Note d’Etat Corporel (NEC) des brebis tondues

Objectifs

5 axes de travail :
- Mise au point du concept de l’imagerie 3D pour du phénotypage à haut débit sur brebis fraîchement tondues et sur agneaux
- Mise au point du concept de l’auto-pesée comme outil de phénotypage et de suivi du troupeau en analysant les données existantes puis en testant de nouve aux dispositifs de pesée
- Réponse aux besoins des éleveurs par une élaboration participative et la réalisation de dispositifs « à façon »
- Tests des deux dispositifs et étude de leur complémentarité en sites expérimentaux et lycées agricoles, et élaboration d’algorithmes de traitement de données fournissant des alertes pour aider à la conduite du troupeau
- Partage des résultats obtenus et garantie de l’interopérabilité entre les outils testés et les logiciels de troupeau

Les relations humaines dans la transmission de l’entreprise agricole

- Article actualisé le

L'accroissement des départs et des transmissions, le besoin de remplacement plus important, la part croissante des porteurs de projet « hors cadre familial » dans les processus de création-reprise modifient les modalités d’accompagnement. La transmissibilité des entreprises s’appuie sur une dimension humaine incontournable qui impacte directement la posture de l’accompagnement.

  • icone de la filiere Toutes filières
    Toutes filières
vignette - Les relations humaines dans la transmission de l’entreprise agricole

Le contexte de la forte augmentation d’exploitations à transmettre est nouveau … Il bouleverse les mécanismes de l’offre et de demande qui existaient jusqu’à maintenant. Nous passons d’un processus de succession à un processus transmission d’outils et de savoirs. La prise en compte des attentes sociétales comme cadre de la réflexion « transmissibilité » implique un élargissement de la focale au delà des aspects techniques, économiques et financiers. Les choix stratégiques qui impactent l’évolution des systèmes d’exploitation dans le cadre du renouvellement des générations doivent aussi s’appuyer sur des méthodes d’accompagnement intégrant une dimension « relation humaines » significative.

Le projet « Les relations humaines dans la transmission de l’entreprise agricole »  a pour objectif de faire évoluer les méthodes d’accompagnement dans le cadre des transmissions d’entreprises agricoles sur la question des relations humaines :

  • en proposant un outil diagnostic adapté permettant de proposer un plan d’action cohérent sur cette thématique,
  • en travaillant avec un groupe d’agriculteurs concernés et testeurs des outils et méthodes,
  • en travaillant sur une monté en compétences des conseillers transmission sur les relations humaines,Formation Action Conseillers Transmission Reseau Chambre Agriculture
  • en formalisant une stratégie de déploiement des ces outils et méthodes en cohérence avec les besoins identifiés sur l’accompagnement humain

Objectifs

Faire évoluer des outils et des méthodes d’accompagnement sur la question des relations humaines dans ce contexte de transmission.

- Qualifier et travailler la posture « accompagnement » dans un contexte d’offre exploitations abondante / nouveaux profils de porteur de projet
- Construction d’un outil diagnostic orienté «accompagnement humain »

Faire monter en compétence des conseillers transmissions qui accompagnent ces situations
- Organisation d’une formation-action avec les conseillers transmissions des Chambres d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine en trois étapes
- Appropriation des outils « orienté relations humaines » sur des accompagnements transmission

Évaluation des outils et méthodes et formalisation autour d’un focus groupe constitué d’agriculteurs concernés et d’experts en relations humaines
- Organisation de séances de travail avec un « focus groupe » constitué d’agriculteurs cédants et porteurs de projets et d’experts transmission et relations humaines
- Recueil des nouveaux besoins

Communication et déploiement des outils et méthodes
- Sensibilisation des cibles par le biais des Points d’Accueil Installation et Transmission
- Transfert auprès des autres acteurs transmission

FASTOChe

- Article actualisé le

Tester et développer le pâturage des plantes riches en métabolites secondaires bioactifs dont les tannins condensés.

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
vignette - FASTOChe
# caprins# ovins

Les traitements basés sur l’utilisation d’anthelminthiques de synthèse présentent plusieurs limites : des résistances de plus en plus prégnantes, des impacts environnementaux et des interrogations sociétales. Or, les strongles gastro intestinaux restent une pathologie majeure chez les ovins et caprins au pâturage. Ce projet a pour objectif de proposer aux éleveurs des solutions alternatives agro-écologiques basées sur le pâturage de plantes riches en métabolites secondaires bioactifs dont les tannins condensés.

Objectifs

Quatre axes de travail :
1. Construire des solutions innovantes avec des groupes composés d’éleveurs et de techniciens afin de repérer les attentes et les besoins et de partager les acquis,
2. Mettre au point des pratiques de pâturage comprenant des plantes riches en métabolites secondaires bioactifs sur la base d’expérimentations en milieux contrôlés,
3. Intégrer les itinéraires testés et évaluer leurs intérêts à l’échelle des élevages pour définir des stratégies d’adaptation,
4. Diffuser largement les résultats obtenus et les conseils qui en découlent vers différents publics (éleveurs, techniciens, vétérinaires, enseignants, apprenants) et sous différentes formes.

Tropi’Cow

- Article actualisé le

Possibilités d'associer du maïs/sorgho ensilage à des légumineuses tropicales (lablab, cowpea)

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
vignette - Tropi’Cow
# adventice# agro-écologie# biodiversité# désherbage# élevage# ensilage# fourrage# légumineuses# maïs# performance# sécurité alimentaire

TROPI’COW : auTonomie fouRragère et prOtéique Par l’Introduction de Céréales et de prOtéagineux tropicaux dans la ration des ruminants.

Le projet TROPI’COW vise à produire des références pour la production d’associations de légumineuses tropicales et de plantes fourragères en C4 (maïs – sorgho) utilisées dans l’alimentation des ruminants pour les filières lait et viande. Les champs de connaissances explorés concerneront l’optimisation des capacités symbiotiques des plantes tropicales candidates, l’agronomie, l’intégration de ces fourrages dans la ration des ruminants et les impacts économiques, environnementaux et sociaux pour les systèmes de production.

Objectifs

Le projet  vise à mettre au point des itinéraires de production de fourrages mixtes d’été à base de maïs ou sorgho et de légumineuses tropicales ou métropolitaines pour renforcer l’autonomie alimentaire et protéique des élevages de ruminants en systèmes biologique et conventionnel :
- Produire un ou des inocula à base de rhizobia en mesure d’assurer une fixation symbiotique du N2 par les deux espèces tropicales candidates, Cowpea et Lablab
- Evaluer en serre et au champ la performance de ces inocula produits.
- Etudier les performances agronomiques (rendement, capacité à concurrencer les adventices) des associations « plantes en C4 + légumineuses » dans différents contextes pédoclimatiques,
- Identifier les idéotypes de maïs et de sorgho les plus adaptés à ce type d’association,
- Caractériser les spécificités de récolte (stade, process) et de conservation de ces fourrages, ainsi que leurs valeurs nutritives,
- Mesurer l’incidence économique, environnementale et sociale de l’adoption de ces fourrages mixtes sur le fonctionnement de plusieurs types d’exploitations d’élevage.


Un travail préalable de synthèse réalisé par la CRA NA (Rault A., 2019) indique également que d’autres espèces semblent intéressantes à évaluer en association avec le maïs et le sorgho (en particulier certaines variétés de soja tardives). Elles pourront également être testées avec a minima le maintien d’une veille agronomique sur ces thématiques pendant le projet.

Le projet comporte 5 actions, qui se dérouleront de Janvier 2021 à juin 2024, pour une durée de 42 mois.

Résultats

Descriptif du projet : annexe_ii_-_candidature_TROPICOW

 

Documents techniques

– Rapport d’ingénieur 2019 : « Etat des connaissances en 2018 – Intérêts et points de blocage de la technique » (Rault A., 2019) : 2019 Rapport_RAULT

– Synthèse des intérêts et points de blocage : 2019-11 Maïs associé webinar

– Rapport d »ingénieur 2020 : Rapport Elsa David final

CARPESO

- Article actualisé le

Concilier Autonomie alimentaire (fourragère et/ou protéique) et Réduction significative des Pesticides dans les systèmes de polycultures-Elevage du Sud-Ouest de la France

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
vignette - CARPESO
# agriculture biologique# agro-écologie# biodiversité# désherbage# diversification# élevage# fourrage# herbicide# performance

Dans les systèmes d’élevage conventionnels et biologiques, les méteils d’hiver (association de céréales et légumineuses) représentent un levier performant pour produire des aliments équilibrés en énergie-protéines, limiter les pressions biotiques et réduire l’usage des pesticides. Pour autant, les éleveurs conventionnels hésitent encore à les introduire dans leurs rotations par crainte d’une production grain ou fourragère aléatoire d’un point de vue quantitatif et difficilement évaluable qualitativement. Afin de lever ces freins et faciliter l’appropriation de cette technique, le projet CARPESO a pour objectif de (i) agréger et compléter les références techniques et économiques sur les méteils, (ii) démontrer, pour les systèmes conventionnels, la faible utilisation de pesticides, et (iii) créer une application smartphone permettant d’estimer la valeur alimentaire des méteils grains (voire fourrage) produits. L’évaluation de l’utilisation des méteils dans l’alimentation du troupeau : performance globale, modification des rations… sera un moyen supplémentaire pour faciliter leur appropriation.

Objectifs

Brochure technique sur l'intérêt et la faisabilité du méteil grain

Application "Smartphone" permettant d'estimer, après la récolte, la proportion de chaque espèce et la valeur alimentaire du mélange.

Résultats

Fiche synthétique du projet : Fiche_communication_agriculteurs

 

Retrouvez nos résultats :

https://haute-vienne.chambre-agriculture.fr/a-votre-service/progresser-techniquement/sol-productions-vegetales-et-environnement/carpeso/

 

Vous êtes éleveurs, conseillers et vous souhaitez participer au projet, répondez au questionnaire suivant : https://carpeso.limequery.com/586413?lang=fr

MYCOAGRA

- Article actualisé le

Comprendre les effets des pratiques agricoles sur la mycorhization naturelle.

  • icone de la filiere Toutes filières
    Toutes filières
vignette - MYCOAGRA
# sol

Porté par la Chambre d’agriculture de Dordogne, le projet de recherche appliquée Mycoagra, met l’accent sur la prise en compte des mycorhizes dans les itinéraires culturaux. Plus précisément, il vise à étudier les phénomènes de mycorhization en culture de noyer et de maïs sur un périmètre comprenant la Dordogne, le Lot et la Corrèze. L’originalité réside dans le fait que les expérimentations sont conduites chez des agriculteurs impliqués dans des démarches d’agriculture de conservation des sols et d’autonomie alimentaire pour leurs élevages.

Objectifs

Le projet MYCOAGRA vise à obtenir et diffuser des indicateurs agro-écologiques facilement accessibles aux agriculteurs et aux organismes de conseil et de développement du monde agricole (Chambre d'Agriculture, CETA, Centres Techniques, associations d'agriculteurs...). Ces indicateurs permettront d'intégrer l'intérêt des processus de mycorhization dans les problématiques fondamentales actuelles, à savoir : (1) la limitation de la contingence aux réserves hydriques, (2) la raréfaction des ressources minérales disponibles en phosphore, (3) le renforcement de la résilience des sols par le développement de la vie microbienne, (4) la recherche de traitement alternatif des cultures pour permettre la réduction des produits pesticides, et (5) le maintien, voire l’accroissement de la productivité par l’amélioration de la structure des sols, notamment les plus pauvres. Il sera un élément de réponse au maintien et à l'amélioration d'une compétitivité moderne des exploitations agricoles .

Les livrables de MYCOAGRA seront :
. Une application numérique interactive type Obsalim sur les leviers favorables à la mycorhization et son apprentissage dans le cadre de formations auprès des agriculteurs, des étudiants et des conseillers. Sa valorisation par la création d’une interface web dédiée à la mycorhization.
· La production d'un guide pratique, d'articles dans des revues référencées, de journées techniques et scientifiques et de colloques sur la mycorhization
· La publication d’articles dans la presse généraliste et spécialisée (revue TCS...) agricole, de vulgarisation scientifique, et scientifique internationale (par le biais des labos associés)
· l’organisation de colloques avec un temps régional pour les filières et un temps national au Muséum National d'Histoire Naturelle

3 cultures en 2 ans (3C2)

- Article actualisé le

Dans un contexte de changement climatique, produire 3 cultures en 2 ans représente une opportunité pour améliorer la rentabilité des systèmes de culture dans le Sud-Ouest de la France tout en apportant des bénéfices proches de ceux des cultures intermédiaires. Le projet propose d’évaluer la faisabilité et les différents niveaux de performances de ces pratiques de doubles cultures.

  • icone de la filiere Grandes Cultures
    Grandes Cultures

Ce projet se positionne à la fois dans une démarche d’intensification économique des systèmes de culture, dans un contexte d’érosion des prix de vente des cultures traditionnelles et de forte vulnérabilité économique des exploitations agricoles, et d’intensification écologique en cherchant notamment à maximiser le temps de couverture des sols à des périodes de l’année où ils seraient nus et potentiellement sujets à la dégradation (par érosion) et/ou à la perte d’éléments nutritifs (azote).

Les objectifs sont :

  • Expérimenter (réseau de parcelles chez des agriculteurs et en stations expérimentales) différentes possibilités de doubles cultures (cultures dérobées ou en relai après sous-semis) correspondant à des objectifs visés et des systèmes de culture différents dans les conditions de sols et de climats  du grand sud ouest ;
  • Acquérir des connaissances sur la phénologie des espèces et variétés candidates à la double culture (notamment dans le cadre de semis tardifs avec de possibles effets photopériodiques et de variétés précoces à très précoces moins bien connues) afin de mieux raisonner les assemblages et l’architecture des peuplements (des travaux analytiques spécifiques porteront notamment sur l’optimisation des peuplements pour des cultures en relai) ;
  • Modéliser le fonctionnement des peuplements étudiés, en travaillant dans un 1er temps sur des espèces  « modèles » (ex. soja, tournesol, sorgho, maïs) en calibrant les variétés choisies pour la double culture (certaines n’étant pas inscrites au catalogue français) ;
  • Tester différentes hypothèses d’évolution du climat pour évaluer les niveaux de performances (notamment la robustesse) obtenus (hypothèse est que, dans certaines situations d’évolution climatique, les performances des cultures dérobées seraient améliorées ?) ;
  • Agréger les résultats des expérimentations (chez les agriculteurs et en stations) et de modélisation pour fournir une évaluation multicritère des cas étudiés et de raisonner leur intégration dans différents systèmes de culture et filières permettant une valorisation de ces cultures.

3C2

Objectifs

- Des résultats et des références contextualisées de possibilités de doubles cultures (construites et partagées entre les partenaires et les agriculteurs) afin de rendre les systèmes de culture plus résilients et robustes face aux aléas climatiques et économiques (s’appuyant sur des résultats d’expérimentations in situ et in silico). Parmi les productions prévues sur le projet, citons :
o Synthèses annuelles et pluriannuelles sur les règles de décision et performances multicritères obtenues
o Synthèse sur les traits phénologiques mesurés sur différentes espèces et variétés mobilisables en doubles cultures.
o Etablissement des bilans hydrique et azoté des doubles cultures et performances sous différents scénarii climatiques.
o définition des conditions qui permettraient le développement de cette pratique au niveau de l’exploitation et de la filière.

- Des livrables originaux utilisant les TIC favorisant la diffusion auprès des agriculteurs et la montée en compétences des conseillers agricoles (construction de cours en ligne, de livres/fiches numériques, forum…)


La diffusion de ces résultats se fera vers différents publics du milieu agricole et de la recherche agronomique :
- Les agriculteurs : mobilisés directement dans le projet, ils participeront notamment à différentes journées techniques d’échange sur les doubles cultures. Ils pourront également échanger sur leur pratique via les forums à disposition (GECO notamment).
- Les conseillers : de par son caractère multi-partenarial fort, le projet 3C2A permettra des échanges constants entre conseillers du développement (chambres d’agriculture et ICTA) et des organismes économiques. Plusieurs séquences dédiées permettront de travailler collectivement sur les résultats obtenus et l’ensemble des partenaires est mobilisé dans la production des ressources envisagées (notamment numériques)
- Les étudiants en formation agricole : là-encore directement associés au projet via des séquences pédagogiques innovantes (en mode gestion de projet) avec une implication dès la construction du projet de l’équipe pédagogique du lycée agricole d’Auzeville.
- Les scientifiques : le partenariat avec l’INRA sur ce projet facilitera la production de ressources scientifiques (publications) et le rayonnement de ces travaux à une échelle plus large (congrès européen, diffusion internationale par la publication scientifique)

Résultats

2019

1ers résultats disponibles => documents à télécharger ci-dessus

 

2020

Résultats disponibles => Présentation du 25 mars 2021 à télécharger ci-dessus

Webinaire disponible en replay : https://www.youtube.com/watch?v=_wcdVZe6lLs

 

2021

Essais en cours

MERCI – Méthode d’Estimation & Restitutions par les Cultures Intermédiaires

- Article actualisé le

Le projet a permis de créer une version 2 de la méthode MERCI permettant d'estimer les intérêts agronomiques des couverts végétaux. N'hésitez pas à nous envoyer un mail pour recevoir directement le lien internet de l'application.

  • icone de la filiere Grandes Cultures
    Grandes Cultures
  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture

 

Objectifs

Les objectifs principaux sont (i) de développer l’utilisation d’un outil d’aide à la décision MERCI qui permet de valoriser les bénéfices fournis par les couverts végétaux en estimant les restitutions par ces couverts (ii) et de contribuer au développement de cette pratique dans la filière grandes cultures, mais également en viticulture et maraichage.

La méthode MERCI est aujourd’hui assez largement disséminée en Nouvelle Aquitaine mais aussi dans le reste du territoire national sous un format Excel dans un mode « bouche à oreille ». Le projet doit aboutir à une mise à disposition plus large et plus visible via une application internet qui permettra de :
- diffuser largement la méthode
- résoudre les problème d’incompatibilités (avec logiciel « OpenOffice »)
- faciliter les mises à jour
- recenser, évaluer et connaitre les utilisations de la méthode
- créer à terme une communauté d’utilisateurs

Cette évolution dans la diffusion de la méthode est aussi l’occasion d’améliorer les services rendus aux utilisateurs en augmentant les fonctionnalités et résultats disponibles :
- Intégration de références supplémentaires sur les cultures intermédiaires
- Estimation des quantités de soufre piégée par les couverts, non soumises à lixiviation et restituées à la culture suivante
- Meilleure prise en compte des modalités de reminéralisation des résidus des couverts végétaux en fonction du travail du sol (labour / non labour)
- Estimations des valeurs fourragères des cultures intermédiaires et impact sur les restitutions en éléments fertilisants à la culture suivante
- Vérification de la généricité de la méthode à l’échelle nationale : réalisations de simulations sur différentes stations climatiques de France

Cette application via internet sera accompagnée de supports pédagogiques de « prise en main » de la méthode (tutoriel vidéo, diaporama pédagogique) rendant les utilisateurs, techniciens et agriculteurs, plus autonomes. Des agriculteurs et conseillers seront associés à la construction de cette application internet et à sa diffusion.
Les modalités de diffusion envisagées sont multiples et seront réalisées à travers des formations (bassins versant, …), de webinar Chambres d’Agriculture, de présentation lors de colloques sur les couverts végétaux et diffusion du lien internet sur les sites des Chambres Départementales d’Agriculture et autres partenaires.


Etat d'avancement du projet (5/04/2020)
- Bilan d'utilisation de la version 1 de MERCI : utilisations, prises en compte des valeurs fournies par MERCI dans les pratiques de fertilisation, ..... : RÉALISÉE
- Constitution d'une liste d'utilisateurs
- Développement de l'application internet : FINALISÉE
- Constitution de la base de données nationales sur les caractéristiques des couverts végétaux : CONSTITUÉE => en cous d'analyse (~15 000 lignes), finalisation pour juin 2020
- Simulations sur l'ensemble de la France métropolitaine : FINALISÉE
=> planning respecté


Les résultats du projet sont accessibles sur : www.methode-merci.fr

La plateforme comprend :
- un module de calcul reprenant les principes de la méthode MERCI
- une bibliothèque contenant des ressources vidéos, les formalismes utilisés, ....
- une Foire Aux Questions (FAQ)
=> en créant un compte (gratuit), vous avez accès à l'ensemble des fonctionnalités du site et vous vous créez un espace personnel pour sauvegarder vos calculs.