Skip to content

BIPBIP

- Article actualisé le

Le projet BIPBIP (Bloc-outil et Imagerie de Précision pour le Binage Intra-rang Précoce) propose de développer une solution mécanique pour le désherbage précoce intra-rang (maraichage et grande culture), en se reposant sur un bloc outil compact, reconfigurable selon la culture et totalement électrique. La solution repose sur un module de binage autoguidé par imagerie et télémétrie.

  • icone de la filiere Grandes Cultures
    Grandes Cultures
  • icone de la filiere Maraîchage
    Maraîchage
  • icone de la filiere Technologies agricoles
    Technologies agricoles
# adventice# désherbage# numérique

En cultures maraîchères et grandes cultures, la gestion des adventices est une question critique lors des stades de culture les plus précoces, ayant des implications fortes du point de vue financier et écologique et en matière de qualité de récolte. Les réponses techniques à cette question sont soit chimiques, soit mécaniques voire manuelles, selon le type et le stade de culture ou l’itinéraire technique choisi, biologique ou conventionnel.

Le projet BIPBIP propose de développer une solution mécanique pour le désherbage de cultures maraîchères et de grandes cultures au stade précoce. Cette solution repose sur un module de binage autoguidé par imagerie et télémétrie, couvrant un rang de culture. Le module s’appuie sur un système de vision fournissant la position des cultures et adventices transmise à un système décisionnel contrôlant le dispositif mécanique réalisant le binage proprement dit.

La solution se présente sous la forme d’un bloc-outil compact qui peut être embarqué en un ou plusieurs exemplaires sur tout engin agricole. Elle est totalement électrique et peu énergivore, en particulier aucun circuit hydraulique n’est nécessaire. Par conséquent, la solution peut être embarquée sur un robot autonome ou un co-robot. Des débits de chantier plus importants peuvent être obtenus en fixant plusieurs exemplaires à un porte outil attelé à un tracteur.

Chaque bloc-outil sera constitué de 3 ensembles :
– un module de vision par ordinateur (capteurs, ordinateur et logiciel embarqué) dont le rôle est d’assister le guidage du bloc-outil en détectant la position des rangs, des plantes cultivées et des adventices et les transmettant au système de contrôle général du bloc outil ;
– le bloc-outil proprement dit : outils, porte-outils, actionneurs, etc. Configurable, il pourra embarquer plusieurs outils de manière à pouvoir désherber plusieurs types de cultures ;
– le système de contrôle du bloc-outil commandant la destruction des adventices, sur la base des informations reçues du module de vision et d’autres capteurs (capteur télémétrique et centrale inertielle).

La solution vise à être versatile et facilement reconfigurable pour traiter différents types de culture. Deux cas d’étude seront traités prioritairement, celui de la carotte (culture maraîchère à semis dense) et celui du maïs doux. Des extensions seront toutefois envisagées dans les expérimentations du projet lui-même ou lors des confrontations du Challenge ROSE.

Le projet réunit un consortium dont les compétences complémentaires couvrent les besoins du projet : des membres du laboratoire IMS spécialistes de l’imagerie agricole, des membres du laboratoire LaBRI spécialistes en robotique et systèmes embarqués, un agro-équipementier (Elatec), un représentant de l’interprofession (Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes) et un exploitant agricole (Fermes Larrère).

Bien que le projet soit focalisé sur le développement d’un prototype, l’ambition du consortium va au-delà : notre objectif à long terme est que ce prototype soit la première étape de l’industrialisation puis de la commercialisation d’une nouvelle solution européenne de binage auto-guidé inter- et intra-rangs, pour une grande variété de cultures.

Objectifs

Objectifs :
- développer un module de vision, permettant la détection et l'identification des rangs, cultures et adventices.
- créer le bloc-outil capable de détruire les jeunes adventices (2-3 semaines après la levée), sur différentes cultures, en étant économe en énergie.
- réalisation d'un système de contrôle du bloc outil, se basant sur le module de vision et sur des informations de télémétrie (LIDAR et centralle inertielle).
- valider agronomiquement le bloc-outil (taux de destruction, réduction en produits phytosanitaire, réduction du temps de main d’œuvre, consommation énergétique, acceptabilité de l'outil par les utilisateurs,...)
- proposer un prototype qui soit la première étape d'une industrialisation et d'une commercialisation

Tropi’Cow

- Article actualisé le

Possibilités d'associer du maïs/sorgho ensilage à des légumineuses tropicales (lablab, cowpea)

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
vignette - Tropi’Cow
# adventice# agro-écologie# biodiversité# désherbage# élevage# ensilage# fourrage# légumineuses# maïs# performance# sécurité alimentaire

TROPI’COW : auTonomie fouRragère et prOtéique Par l’Introduction de Céréales et de prOtéagineux tropicaux dans la ration des ruminants.

Le projet TROPI’COW vise à produire des références pour la production d’associations de légumineuses tropicales et de plantes fourragères en C4 (maïs – sorgho) utilisées dans l’alimentation des ruminants pour les filières lait et viande. Les champs de connaissances explorés concerneront l’optimisation des capacités symbiotiques des plantes tropicales candidates, l’agronomie, l’intégration de ces fourrages dans la ration des ruminants et les impacts économiques, environnementaux et sociaux pour les systèmes de production.

Objectifs

Le projet  vise à mettre au point des itinéraires de production de fourrages mixtes d’été à base de maïs ou sorgho et de légumineuses tropicales ou métropolitaines pour renforcer l’autonomie alimentaire et protéique des élevages de ruminants en systèmes biologique et conventionnel :
- Produire un ou des inocula à base de rhizobia en mesure d’assurer une fixation symbiotique du N2 par les deux espèces tropicales candidates, Cowpea et Lablab
- Evaluer en serre et au champ la performance de ces inocula produits.
- Etudier les performances agronomiques (rendement, capacité à concurrencer les adventices) des associations « plantes en C4 + légumineuses » dans différents contextes pédoclimatiques,
- Identifier les idéotypes de maïs et de sorgho les plus adaptés à ce type d’association,
- Caractériser les spécificités de récolte (stade, process) et de conservation de ces fourrages, ainsi que leurs valeurs nutritives,
- Mesurer l’incidence économique, environnementale et sociale de l’adoption de ces fourrages mixtes sur le fonctionnement de plusieurs types d’exploitations d’élevage.


Un travail préalable de synthèse réalisé par la CRA NA (Rault A., 2019) indique également que d’autres espèces semblent intéressantes à évaluer en association avec le maïs et le sorgho (en particulier certaines variétés de soja tardives). Elles pourront également être testées avec a minima le maintien d’une veille agronomique sur ces thématiques pendant le projet.

Le projet comporte 5 actions, qui se dérouleront de Janvier 2021 à juin 2024, pour une durée de 42 mois.

Résultats

Descriptif du projet : annexe_ii_-_candidature_TROPICOW

 

Documents techniques

– Rapport d’ingénieur 2019 : « Etat des connaissances en 2018 – Intérêts et points de blocage de la technique » (Rault A., 2019) : 2019 Rapport_RAULT

– Synthèse des intérêts et points de blocage : 2019-11 Maïs associé webinar

– Rapport d »ingénieur 2020 : Rapport Elsa David final

CARPESO

- Article actualisé le

Concilier Autonomie alimentaire (fourragère et/ou protéique) et Réduction significative des Pesticides dans les systèmes de polycultures-Elevage du Sud-Ouest de la France

  • icone de la filiere Élevage
    Élevage
vignette - CARPESO
# agriculture biologique# agro-écologie# biodiversité# désherbage# diversification# élevage# fourrage# herbicide# performance

Dans les systèmes d’élevage conventionnels et biologiques, les méteils d’hiver (association de céréales et légumineuses) représentent un levier performant pour produire des aliments équilibrés en énergie-protéines, limiter les pressions biotiques et réduire l’usage des pesticides. Pour autant, les éleveurs conventionnels hésitent encore à les introduire dans leurs rotations par crainte d’une production grain ou fourragère aléatoire d’un point de vue quantitatif et difficilement évaluable qualitativement. Afin de lever ces freins et faciliter l’appropriation de cette technique, le projet CARPESO a pour objectif de (i) agréger et compléter les références techniques et économiques sur les méteils, (ii) démontrer, pour les systèmes conventionnels, la faible utilisation de pesticides, et (iii) créer une application smartphone permettant d’estimer la valeur alimentaire des méteils grains (voire fourrage) produits. L’évaluation de l’utilisation des méteils dans l’alimentation du troupeau : performance globale, modification des rations… sera un moyen supplémentaire pour faciliter leur appropriation.

Objectifs

Brochure technique sur l'intérêt et la faisabilité du méteil grain

Application "Smartphone" permettant d'estimer, après la récolte, la proportion de chaque espèce et la valeur alimentaire du mélange.

Résultats

Fiche synthétique du projet : Fiche_communication_agriculteurs

 

Retrouvez nos résultats :

https://haute-vienne.chambre-agriculture.fr/a-votre-service/progresser-techniquement/sol-productions-vegetales-et-environnement/carpeso/

 

Vous êtes éleveurs, conseillers et vous souhaitez participer au projet, répondez au questionnaire suivant : https://carpeso.limequery.com/586413?lang=fr

PESTIPOND

- Article actualisé le

Les zones humides et les étangs naturels ou artificiels constituent des écosystèmes complexes et dynamiques qui agissent comme des réacteurs biogéochimiques pour transformer la matière et les polluants. Le projet PESTIPOND vise à évaluer les processus clés des différents compartiments des retenues d'eau impliqués dans le cycle, le stockage et la transformation des pesticides d'origine agricole.

  • icone de la filiere Grandes Cultures
    Grandes Cultures
  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - PESTIPOND
# blé# céréales# désherbage# eau# fongicide# herbicide# insecticide# pesticide# phytosanitaire# tournesol# vigne

PESTIPOND est un projet de recherche collaboratif innovant d’une durée de 48 mois associant des partenaires de quatre unités de recherche en France et 15 partenaires socio-économiques.
Les domaines d’expertise sont complémentaires en hydrologie, biogéochimie, microbiologie, analyse et chimie isotopique des pesticides, sciences du sol et des sédiments, agronomie, écologie, gestion des bases de données, SIG et modélisation agro-hydrologique et biogéochimique, ainsi que de la gestion des territoires et des paysages.
Ce projet, centré sur les retenues d’eau d’origine agricole, apporte le concept novateur d’étude des processus de transformation des pesticides dans les différents compartiments des étangs (eau, sédiment, végétations, etc.). Ces processus sont inclus dans un cadre de modélisation intégrative et spatiale des prévisions du risque de transfert de pesticides à l’échelle du bassin versant.
Ces résultats seront utiles à tous les gestionnaires dont le rôle est déterminant pour la protection des captages d’eau sur le territoire : les agences de l’eau et de l’environnement, les coopératives locales, les bureaux de conseil en ingénierie… Le projet cible les facteurs et les processus contrôlant la capacité des bassins à dégrader des mélanges de pesticides, bien au-delà de leur rôle principal de retarder le transfert de pesticides ou de transformer les molécules mères en produits de transformation.
Le projet est organisé en trois groupes de tâches expérimentales interconnectées:
– Biogéochimie du comportement des pesticides en conditions réelles, dans les étangs et en réponse aux conditions hydroclimatiques suivant différents contextes agricoles ;
– Voies de dissipation des pesticides dans les étangs : expériences in situ et en laboratoire ;
– Modélisation de l’évaluation de l’impact des étangs sur le transfert de pesticides dans les eaux de surface (simulation de la dissipation des pesticides à l’échelle de l’étang et de leurs effets cumulatifs afin de générer des scénarii de gestion des étangs à l’échelle du bassin versant).
Les partenaires socio-économiques ont un accès privilégié à des étangs expérimentaux implantés dans des bassins hydrographiques dans trois régions françaises. Ces régions présentent des contextes agro-climatiques contrastés et des installations d’analyses hydrologiques et biogéochimiques exceptionnelles.
Les connaissances acquises sur les processus hydrologiques et biogéochimiques dans les étangs et la modélisation de scénarii de gestion visant à atténuer les transferts de pesticides dans les eaux de surface, permettront d’alimenter les réponses des gestionnaires de terrain, dans le cadre de la transition écologique.

¤ Coordinateur général du projet : Gwenaël IMFELD, Université de Strasbourg – CNRS – ENGEES
Courriel : imfeld@unistra.fr

¤ Coordinateur régional pour Irstea : Francis MACARY, IRSTEA, UR ETBX
Courriel : francis.macary@irstea.fr