Projet

CITTEP

Ce projet concerne les capacités d’initiative et d’expression des travailleurs agricoles sur la transition écologique relative aux pesticides. Il est orienté vers la filière viticole en Gironde et la maïsiculture dans les Pyrénées Atlantiques.

Le projet de recherche CITTEP veut tirer parti de deux enseignements : penser ensemble la transition écologique et la justice sociale, tenir compte de la faible visibilité de la pensée technique des praticiens. Elle engage le consortium de chercheurs dans la fabrication d’une transition agro-écologique résolument démocratique. L’objectif n’est donc pas de promouvoir une transition donnée (sans-pesticides par exemple) définie par une fraction d’acteurs (experts, institutions et « propriétaires du problème »). Autrement dit, elle vise à favoriser la participation des acteurs au débat public sur l’usage agricole des pesticides, plus particulièrement les acteurs concernés mais sans-voix que sont les travailleurs (salariés ou agriculteurs participant aux travaux). Il s’agit de mettre l’activité de recherche au service de l’accompagnement de ces acteurs afin de favoriser leurs capacités d’initiative et d’expression leur permettant de définir leur chemin, parmi d’autres et avec d’autres, dans le mouvement de la transition en train de se faire. Elle fait l’hypothèse que ce/s chemin/s ouvrent des voies nouvelles face au constat récurrent de non changement en matière de pesticides agricoles en France. Elle vise un objectif de justice sociale qui s’apparente à l’empowerment et s’inscrit donc en priorité dans l’axe 4 de l’appel à proposition du programme Cit’in du CNRS : « l’appropriation citoyenne de la transition ». Le moyen retenu est celui de la recherche-action (mise en place de groupes de réflexion de travailleurs) sachant que cette posture scientifique est aussi un choix méthodologique fort partagé par les deux équipes impliquées, celle à dominante sociologique (au sein d’Irstea-Bordeaux) et celle à dominante ergonomique (INSERM-ISPED-CHU Bordeaux), qui se sont rencontrées sur cette base.
Les disciplines scientifiques concernées sont la sociologie, l’anthropologie, l’ergonomie et l’agronomie.

DELAIS

03/09/201830/06/2020

Objectif(s) / livrable(s)

- Note synthétique sur la faisabilité du dispositif de recherche-action « mise en capacité des travailleurs » sur chacun des terrains (viticulture en Gironde, maïsiculture dans les Pyrénées-Atlantiques) : évaluation des inégales capacités d’innovation et d’expression des travailleurs agricoles.

- Selon la mise en place et l’accompagnement d’un groupe de réflexion de travailleurs agricoles (viticulture) qui seront réalisés :
o rapport sur la production de ce groupe et les effets sur la structuration des réseaux de dialogue, la structuration de la filière.
o note des économistes et agronomes : dimensions structurelles de la production des groupes de réflexion des travailleurs viticoles (cf. supra).

- Outils pédagogiques (supports d’évocation, séquences vidéo) sur la prévention à l’exposition pesticides.

SOURCE(s) DE FINANCEMENT

CNRS - Programme Cit'in (Expérimentations démocratiques pour la transition écologique)

Contact(s) RAIN

Francis MACARY
Agronome - Chercheur en agro-environnement au centre Irstea de Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.