Skip to content

Alt’Fongi biocontrôle

- Article actualisé le

Le projet Alt’Fongi Biocontrôle vise à évaluer et optimiser des stratégies de protection du vignoble intégrant le plus possible des produits de biocontrôle pour lutter contre le mildiou, l’oïdium et le botrytis de la vigne dans le contexte spécifique bordelais. Nous voulons fournir des références techniques aux viticulteurs leur permettant d'intégrer ces produits dans leurs itinéraires.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - Alt’Fongi biocontrôle
# biocontrôle# cuivre# fongicide# mildiou# phytosanitaire# soufre# vigne

Les produits de biocontrôle ont des modes d’action différents des produits conventionnels et plus partiels. Largement plébiscités par le grand public et les politiques, ils restent difficiles à prendre en main par les viticulteurs. De ce fait, des travaux sont nécessaires pour les intégrer efficacement dans une stratégie globale de protection au vignoble. C’est dans cet objectif que nous commençons trois années d’expérimentation en Gironde.

Nous travaillons sur 3 plateformes expérimentales. En 2018 et 2019, chaque plateforme permet d’adresser le problème d’une seule des trois maladies visées : mildiou, oïdium ou botrytis. Deux plateformes sont menées au lycée viticole de Libourne-Montagne et une plateforme est menée  chez un viticulteur à Rauzan. Nous utilisons des produits déjà homologués ou qui le seront d’ici 1 ou 2 ans. Nous travaillons sur des règles de décision prenant en compte l’état sanitaire du feuillage et des grappes ainsi que le climat pour décider :

  • Pour le mildiou, à chaque traitement, quelle quantité de cuivre nous souhaitons ajouter au produit de biocontrôle en fonction de la pression (calculée en pourcentage de la quantité qui serait mise pour une protection de type Agriculture Biologique)
  • Pour l’oïdium, à partir de quand une protection combinée biocontrôle et soufre devient nécessaire
  • Pour le botrytis, en créant des stratégies exclusivement biocontrôle, quand déclencher un traitement en fonction de l’évolution du climat (modèle post véraison, développé par les chercheurs d’INRAE)

Objectifs

- Obtenir des références techniques sur le positionnement des produits de biocontrôle
- Pouvoir déterminer s'il est nécessaire d'associer d'autres produits et en quelles quantités
- Fournir des informations précises et indépendantes aux vignerons bordelais
- Disposer de plateformes d'essais visitables pour échanger sur ces produits et leur utilisation en viticulture

Résultats

Pour plus de résultats, consultez la page du projet sur le site du Vinopôle : Page du projet Site Vinopôle

PhytoCOTE

- Article actualisé le

Le projet PhytoCOTE, met en œuvre des travaux de recherche pluridisciplinaires relatifs à l'usage des pesticides dans le vignoble bordelais, à leur bioaccumulation, transferts et impacts sur les écosystèmes connexes. Il évalue les performances environnementales et socio-économiques afin d'établir des scenarii de changement de pratiques viticoles.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - PhytoCOTE
# agriculture biologique# agro-écologie# cuivre# fongicide# herbicide# insecticide# pesticide# phytosanitaire# vigne

Les approches scientifiques du projet PhytoCOTE nécessitent une intervention pluridisciplinaire (agronomie, chimie environnementale, hydrobiologie, écologie, écotoxicologie et économie).
Il amène tout d’abord à caractériser les pratiques agricoles, en particulier viticoles, dont l’usage des produits phytosanitaires. L’analyse du raisonnement des agriculteurs dans leurs choix de la protection phytosanitaire a pour but d’anticiper la tendance d’évolution des usages et d’établir des scenarii de changements de pratiques.

Le site d’étude choisi dans le Blayais (dans la zone estuaire du LabEx COTE), a fait l’objet d’un état initial de la situation des phytosanitaires organiques et inorganiques in situ (sols, hydrosystèmes), puis d’une étude de leur bioaccumulation et impacts sur des organismes vivants du milieu.

Une simulation de l’effet de bonnes pratiques agro-environnementales sur le site d’étude retenu devrait permettre d’acquérir des connaissances relatives aux conditions requises pour un changement de pratiques le cas échéant, de la protection phytosanitaire du vignoble. L’évaluation des performances socio-économiques et environnementales des ateliers viticoles est faite par une analyse et modélisation multicritère associant les acteurs professionnels à la pondération de ces critères. De plus, des scenarii de changements de pratiques seront étudiés afin d’analyser les performances induites par ces systèmes.

 

Objectifs

- Comprendre les processus de bioaccumulation des pesticides dans les compartiments sols et eau.
- Analyser les contributions des différentes parcelles viticoles sur le bassin versant expérimental de Marcillac au risque de transfert des produits phytosanitaires vers les eaux de surface.
- Etudier les transferts de ces molécules dans les différents compartiments.
- Analyser les différentes pratiques agricoles / viticoles et modes de conduites sur le BVE et à un niveau d'organisation plus large (Région du Blayais).
- Comprendre les choix des viticulteurs face à leurs décisions de pratiques de conduite de la vigne et de protection phytosanitaire.
- Evaluer les performances environnementales et socio-économiques des ateliers viticoles (exploitations viticoles sans autre activité).
- Etablir des scenarii de changements de pratiques, voire modes de conduite afin d'évoluer vers une diminution forte de l'usage des pesticides, tout en préservant la performance économique.