Skip to content

Prospect FD

- Article actualisé le

Prospect FD est un projet qui vise au développement d’un Outil d’Aide à la Décision pour la prospection de la Flavescence Dorée. L'OAD se basera sur des données d'imageries visibles issues de la proxi-détection et des données agronomiques du GDON des Bordeaux et du BNIC.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - Prospect FD
# insecticide# pesticide# phytosanitaire# vigne

Le plan de lutte obligatoire (PLO) contre la flavescence dorée est opérationnel à l’échelle du vignoble français depuis de nombreuses années et nécessite l’utilisation de quantités importantes d’insecticides chaque année. Si les surfaces contaminées sont en nette baisse dans les zones où les surfaces prospectées sont conséquentes, la diminution est moins marquée voire nulle sur la plupart des zones viticoles où la valeur ajoutée du produit fini ne permet souvent pas de prospecter plus de 10% du vignoble par an.

Le projet Prospect FD, qui rassemble l’IFV, le laboratoire IMS, le GDON des Bordeaux et le BNIC, se propose de combiner différentes techniques (imagerie, intelligence artificielle, systèmes d’information, viticulture de précision et expertise humaine) au service de la détection de la flavescence dorée. Il s’appuie (i) sur un choix de capteurs embarqués sur des machines à vendanger, (ii) sur une infrastructure de données permettant de centraliser, traiter et mettre à disposition les informations captées, (iii) sur un Outil d’Aide à la Décision, sous la forme d’une application géographique, présentant l’ensemble des informations (e.g. images, cartes de risques) à des experts.

L’objectif est de profiter du passage de ces machines tous les rangs, au plus proche de la végétation, à une période optimale pour observer et photographier l’ensemble des pieds. L’utilisation d’algorithmes d’Intelligence Artificielle permet de repérer les ceps susceptibles d’exprimer cette maladie (en regardant feuilles, sarments et grappes) et ainsi produire des cartes de risque de présence de la flavescence dorée. Les cartes fournies permettront de vérifier la véracité de la maladie l’année N ou serviront de données d’entrée à l’OAD pour orienter l’année N+1 les équipes de prospecteurs vers les parcelles identifiées comme étant celles présentant le plus de risques. Ces données à grande échelle seront précieuses, la rapidité de la réaction face à une contamination étant déterminante pour l’efficacité de la lutte et la limitation des conséquences environnementales et économiques induites par la maladie (arrachage des pieds malades et traitements insecticides).

Objectifs

L'objectif principal du projet ProspectFD est le développement d'un OAD capable d'orienter les prospecteurs en créant une carte des risques, afin d'améliorer la réactivité face à une contamination.

Pour cela nous nous appuyons sur :
- l'utilisation de caméras RGB, développées par l'IMS, embarquées sur machine à vendanger.
- l'exploitation des images ainsi recueillies par des algorithmes d'intelligence artificielle et la production de cartes de risque.
- l'expertise du GDON et du BNIC sur la Flavescence Dorée et les indicateurs d'intérêt à prendre en compte.
- l'expérience de l'IFV en matière de développement d'OAD, permettant d'avoir un outil adapté et pertinent pour les prospecteurs.

PhytoVITI

- Article actualisé le

Le projet PhytoVITI : "Les bonnes pratiques viticoles pour assurer la transition agroécologique dans le vignoble", a pour objectif d'assurer la valorisation et le transfert vers les professionnels, des résultats de l'axe agronomique du projet PhytoCOTE.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - PhytoVITI
# agriculture biologique# agro-écologie# fongicide# herbicide# pesticide# phytosanitaire# vigne

Les résultats de l’axe agronomique du projet PhytoCOTE en matière d’évaluation des performances socio-économiques et environnementales ont été obtenus par analyse multicritères d’une quarantaine d’exploitations viticoles suivant différents modes de conduite : conventionnel raisonné voire très raisonné, biologique et biodynamique et en démarche agroécologique. Sept critères majeurs ont été retenus et pondérés:
– La marge économique du système viticole,
– Le niveau de pression phytosanitaire appliquée sur les vignes,
– Le risque d’écotoxicité des pesticides pour les écosystèmes,
– La qualité de la pulvérisation
– La charge de travail viticole,
– La complexité du système viticole.
A l’issue de ces évaluations, différents scenarii devant conduire à une baisse conséquente de la pression et impact phytosanitaire ont été évalués, dans un souci d’orientation vers la transition agroécologique.
L’objectif de PhytoVITI est de partager et discuter ces résultats avec les acteurs socio-professionnels de la filière viticole.

Coordination : Francis MACARY, IRSTEA-Bordeaux

Objectifs

Le projet a pour objectif de mettre en œuvre différentes démarches de transfert /valorisation, dont :
- la rédaction d'un rapport de synthèse de la démarche méthodologique et des principales conclusions au projet PhytoCOTE,
- la rédaction d'articles de vulgarisation dans des revues techniques en agriculture/viticulture,
- l'intégration des conclusions en Réseaux professionnels : plateformes RAIN (réseau agricole pour l'innovation en Nouvelle aquitaine), RMT ERYTAGE (Durabilité des exploitations agricoles) dont F. Macary est membre,
- l'organisation de séminaires, réunions d'échanges et ateliers terrain avec les professionnels,
- la présentation des travaux en colloques scientifiques,
- la rédaction de publications scientifiques en agronomie/agroécologie.

PESTIPOND

- Article actualisé le

Les zones humides et les étangs naturels ou artificiels constituent des écosystèmes complexes et dynamiques qui agissent comme des réacteurs biogéochimiques pour transformer la matière et les polluants. Le projet PESTIPOND vise à évaluer les processus clés des différents compartiments des retenues d'eau impliqués dans le cycle, le stockage et la transformation des pesticides d'origine agricole.

  • icone de la filiere Grandes Cultures
    Grandes Cultures
  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - PESTIPOND
# blé# céréales# désherbage# eau# fongicide# herbicide# insecticide# pesticide# phytosanitaire# tournesol# vigne

PESTIPOND est un projet de recherche collaboratif innovant d’une durée de 48 mois associant des partenaires de quatre unités de recherche en France et 15 partenaires socio-économiques.
Les domaines d’expertise sont complémentaires en hydrologie, biogéochimie, microbiologie, analyse et chimie isotopique des pesticides, sciences du sol et des sédiments, agronomie, écologie, gestion des bases de données, SIG et modélisation agro-hydrologique et biogéochimique, ainsi que de la gestion des territoires et des paysages.
Ce projet, centré sur les retenues d’eau d’origine agricole, apporte le concept novateur d’étude des processus de transformation des pesticides dans les différents compartiments des étangs (eau, sédiment, végétations, etc.). Ces processus sont inclus dans un cadre de modélisation intégrative et spatiale des prévisions du risque de transfert de pesticides à l’échelle du bassin versant.
Ces résultats seront utiles à tous les gestionnaires dont le rôle est déterminant pour la protection des captages d’eau sur le territoire : les agences de l’eau et de l’environnement, les coopératives locales, les bureaux de conseil en ingénierie… Le projet cible les facteurs et les processus contrôlant la capacité des bassins à dégrader des mélanges de pesticides, bien au-delà de leur rôle principal de retarder le transfert de pesticides ou de transformer les molécules mères en produits de transformation.
Le projet est organisé en trois groupes de tâches expérimentales interconnectées:
– Biogéochimie du comportement des pesticides en conditions réelles, dans les étangs et en réponse aux conditions hydroclimatiques suivant différents contextes agricoles ;
– Voies de dissipation des pesticides dans les étangs : expériences in situ et en laboratoire ;
– Modélisation de l’évaluation de l’impact des étangs sur le transfert de pesticides dans les eaux de surface (simulation de la dissipation des pesticides à l’échelle de l’étang et de leurs effets cumulatifs afin de générer des scénarii de gestion des étangs à l’échelle du bassin versant).
Les partenaires socio-économiques ont un accès privilégié à des étangs expérimentaux implantés dans des bassins hydrographiques dans trois régions françaises. Ces régions présentent des contextes agro-climatiques contrastés et des installations d’analyses hydrologiques et biogéochimiques exceptionnelles.
Les connaissances acquises sur les processus hydrologiques et biogéochimiques dans les étangs et la modélisation de scénarii de gestion visant à atténuer les transferts de pesticides dans les eaux de surface, permettront d’alimenter les réponses des gestionnaires de terrain, dans le cadre de la transition écologique.

¤ Coordinateur général du projet : Gwenaël IMFELD, Université de Strasbourg – CNRS – ENGEES
Courriel : imfeld@unistra.fr

¤ Coordinateur régional pour Irstea : Francis MACARY, IRSTEA, UR ETBX
Courriel : francis.macary@irstea.fr

CITTEP

- Article actualisé le

Ce projet concerne les capacités d’initiative et d’expression des travailleurs agricoles sur la transition écologique relative aux pesticides. Il est orienté vers la filière viticole en Gironde et la maïsiculture dans les Pyrénées Atlantiques.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - CITTEP

Le projet de recherche CITTEP veut tirer parti de deux enseignements : penser ensemble la transition écologique et la justice sociale, tenir compte de la faible visibilité de la pensée technique des praticiens. Elle engage le consortium de chercheurs dans la fabrication d’une transition agro-écologique résolument démocratique. L’objectif n’est donc pas de promouvoir une transition donnée (sans-pesticides par exemple) définie par une fraction d’acteurs (experts, institutions et « propriétaires du problème »). Autrement dit, elle vise à favoriser la participation des acteurs au débat public sur l’usage agricole des pesticides, plus particulièrement les acteurs concernés mais sans-voix que sont les travailleurs (salariés ou agriculteurs participant aux travaux). Il s’agit de mettre l’activité de recherche au service de l’accompagnement de ces acteurs afin de favoriser leurs capacités d’initiative et d’expression leur permettant de définir leur chemin, parmi d’autres et avec d’autres, dans le mouvement de la transition en train de se faire. Elle fait l’hypothèse que ce/s chemin/s ouvrent des voies nouvelles face au constat récurrent de non changement en matière de pesticides agricoles en France. Elle vise un objectif de justice sociale qui s’apparente à l’empowerment et s’inscrit donc en priorité dans l’axe 4 de l’appel à proposition du programme Cit’in du CNRS : « l’appropriation citoyenne de la transition ». Le moyen retenu est celui de la recherche-action (mise en place de groupes de réflexion de travailleurs) sachant que cette posture scientifique est aussi un choix méthodologique fort partagé par les deux équipes impliquées, celle à dominante sociologique (au sein d’Irstea-Bordeaux) et celle à dominante ergonomique (INSERM-ISPED-CHU Bordeaux), qui se sont rencontrées sur cette base.
Les disciplines scientifiques concernées sont la sociologie, l’anthropologie, l’ergonomie et l’agronomie.

Objectifs

- Note synthétique sur la faisabilité du dispositif de recherche-action « mise en capacité des travailleurs » sur chacun des terrains (viticulture en Gironde, maïsiculture dans les Pyrénées-Atlantiques) : évaluation des inégales capacités d’innovation et d’expression des travailleurs agricoles.

- Selon la mise en place et l’accompagnement d’un groupe de réflexion de travailleurs agricoles (viticulture) qui seront réalisés :
o rapport sur la production de ce groupe et les effets sur la structuration des réseaux de dialogue, la structuration de la filière.
o note des économistes et agronomes : dimensions structurelles de la production des groupes de réflexion des travailleurs viticoles (cf. supra).

- Outils pédagogiques (supports d’évocation, séquences vidéo) sur la prévention à l’exposition pesticides.

PhytoCOTE

- Article actualisé le

Le projet PhytoCOTE, met en œuvre des travaux de recherche pluridisciplinaires relatifs à l'usage des pesticides dans le vignoble bordelais, à leur bioaccumulation, transferts et impacts sur les écosystèmes connexes. Il évalue les performances environnementales et socio-économiques afin d'établir des scenarii de changement de pratiques viticoles.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - PhytoCOTE
# agriculture biologique# agro-écologie# cuivre# fongicide# herbicide# insecticide# pesticide# phytosanitaire# vigne

Les approches scientifiques du projet PhytoCOTE nécessitent une intervention pluridisciplinaire (agronomie, chimie environnementale, hydrobiologie, écologie, écotoxicologie et économie).
Il amène tout d’abord à caractériser les pratiques agricoles, en particulier viticoles, dont l’usage des produits phytosanitaires. L’analyse du raisonnement des agriculteurs dans leurs choix de la protection phytosanitaire a pour but d’anticiper la tendance d’évolution des usages et d’établir des scenarii de changements de pratiques.

Le site d’étude choisi dans le Blayais (dans la zone estuaire du LabEx COTE), a fait l’objet d’un état initial de la situation des phytosanitaires organiques et inorganiques in situ (sols, hydrosystèmes), puis d’une étude de leur bioaccumulation et impacts sur des organismes vivants du milieu.

Une simulation de l’effet de bonnes pratiques agro-environnementales sur le site d’étude retenu devrait permettre d’acquérir des connaissances relatives aux conditions requises pour un changement de pratiques le cas échéant, de la protection phytosanitaire du vignoble. L’évaluation des performances socio-économiques et environnementales des ateliers viticoles est faite par une analyse et modélisation multicritère associant les acteurs professionnels à la pondération de ces critères. De plus, des scenarii de changements de pratiques seront étudiés afin d’analyser les performances induites par ces systèmes.

 

Objectifs

- Comprendre les processus de bioaccumulation des pesticides dans les compartiments sols et eau.
- Analyser les contributions des différentes parcelles viticoles sur le bassin versant expérimental de Marcillac au risque de transfert des produits phytosanitaires vers les eaux de surface.
- Etudier les transferts de ces molécules dans les différents compartiments.
- Analyser les différentes pratiques agricoles / viticoles et modes de conduites sur le BVE et à un niveau d'organisation plus large (Région du Blayais).
- Comprendre les choix des viticulteurs face à leurs décisions de pratiques de conduite de la vigne et de protection phytosanitaire.
- Evaluer les performances environnementales et socio-économiques des ateliers viticoles (exploitations viticoles sans autre activité).
- Etablir des scenarii de changements de pratiques, voire modes de conduite afin d'évoluer vers une diminution forte de l'usage des pesticides, tout en préservant la performance économique.

GTDfree, chaire industrielle INRA-Bordeaux Sciences Agro-Maison Hennessy-ANR

- Article actualisé le

Les maladies du bois de la vigne sont caractérisées par un développement progressif des agents pathogènes et des nécroses dans le bois des ceps. L'objectif du projet est d'agir sur des points qui constituent des leviers importants pour limiter le développement de ces nécroses dans le bois.

  • icone de la filiere Viticulture
    Viticulture
vignette - GTDfree, chaire industrielle INRA-Bordeaux Sciences Agro-Maison Hennessy-ANR

Face à la menace de l’impact des maladies du bois sur l’avenir du vignoble français, une collaboration entre Jas Hennessy & Co et l’UMR SAVE (INRA-Bordeaux Sciences Agro) a débuté en 2015 suite à un appel d’offre, pour fournir à la filière de nouveaux moyens de compréhension et de lutte contre ces maladies.

Cette collaboration a été consolidée, et élargie, en 2016 grâce à l’obtention d’une Chaire industrielle financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Cette chaire vise à proposer une stratégie de protection agroécologique du vignoble intégrant la conception d’itinéraires techniques innovants, le biocontrôle et l’amélioration génétique. Officiellement lancée le 2 décembre 2016, la Chaire industrielle GTDfree consolide les synergies entre recherche et acteurs socio-économiques au bénéfice des producteurs et de la filière vitivinicole.

Objectifs

Le projet GTDfree vise à concevoir une stratégie de protection agroécologique du vignoble basée sur trois concepts majeurs :

des itinéraires techniques innovants ;
le biocontrôle ;
l'amélioration génétique.

La mise en place de cette stratégie nécessite l'acquisition de nouvelles connaissances basées sur trois axes de recherche :

Influence des facteurs environnementaux
Composition, localisation et fonctionnement du microbiote